La bonne mélodie de l’été…

Pour ceux qui aiment se la couler douce emporté par une houle musicale, voici notre sélection de cd pour cet été :

  • « Transparent water » de Omar Sosa et Seckou Keita sans-titre.png

Quand le piano mystique du cubain Omar Sosa s’accorde avec la Kora sublime de Seckou.

 

  • « Marseille » de Ahmad Jamal ahmad.png

« Marseille », nouvel album du pianiste Ahmad Jamal, hommage à la cité phocéenne. Le slameur Abd Al Malik et la chanteuse de jazz Mina Agossi lui prêtent leur voix.

 

  • « Morocco Fantasia » de Al Di Meola al di.png

Un virtuose de la guitare en live avec quelques guests.

 

 

  • « Good » de Rodolphe Burger pochette-albumgood

Ancien leader de Kat onoma et compagnon de longue date du regretté Alain Bashung, Rodolphe Burger manie avec souplesse la musique rock et le texte au milieu d’ambiances sonores où son phrasé, sa voix lourde et sensible habitent les chansons.

  • « Black market flowers » des Mountains Men bl

Mr Mat et Barefoot Iano, le duo australo-savoyard de Mountain Men s’est adjoint un bassiste, Olivier Mathios de « The Hyènes » et un batteur, Denis Barthe ex-Noir Désir. Ils explorent toujours un blues rock musclé dans lequel l’harmonica joue un rôle de premier plan.

  • « She moves on » de Youn Sun Nah YSN

Improvisatrice hors pair dotée d’une fabuleuse technique vocale, Youn Sun Nah s’est imposée comme une figure incontournable dans le paysage du jazz vocal actuel. Adepte du minimalisme elle fait se côtoyer les extrêmes. Elle cultive en effet une esthétique qui alterne entre joie et mélancolie, entre furie et douceur.

  • « Watermelon slim » de Golden Boy sans-titre

Un bon cocktail fort et sec de blues qui râpe et accroche, des chants indiens, de complaintes de soldats a cappella, des ballades pour crépuscules au cœur serré, des chansons simples belles et sincères.

  • « The trumpet player » de Avishai Cohen sans-titre.png

Les six longues plages de cet album rehaussé par la finesse du pianiste Yonathan Avishai et du batteur Nasheet Waits explorent  des paysages intérieurs changeants, parfois accidentés par des accès d’improvisation, mais parcourus d’un lyrisme à la sobriété impeccable. Une ligne esthétique très pure qui a conduit les critiques à comparer cet accomplissement avec le Kind of Blue de Miles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s