Vert de gris de Philip Kerr

9782702436356FSVoici le septième opus des aventures de Herr Barnie Gunther : on pourrait hésiter à se lancer dans la lecture de ce gros volume… cela serait une erreur. Encore une fois dès les premières pages, vous êtes happé, accompagnant notre héros de Cuba… à Berlin.
Retour au point de départ ? Certes, mais pas tout à fait : l’auteur situe son action pendant la guerre froide. L’Allemagne est scindée, Berlin aussi : tous les services secrets sont là, manipulant les gens comme des brins de paille. Gunther, malgré lui, est obligé de participer à cette mascarade.

Le livre, toujours ancré si fortement dans l’histoire de cette Allemagne déchue, décortique tous les rouages politiques avec précision. Pour les fanatiques d’histoire, les personnages impliqués sont authentiques. Il revient sur la période méconnue des camps des prisonniers nazis en URSS. Le plus passionnant reste la description de Berlin détruite et méconnaissable, dont la reconstruction est si variable selon les occupants (Français, Américains ou Russes). De même, il est toujours très intéressant de « vivre et penser allemand » cette période : il semble que notre version française soit parfois édulcorée. Gunther semble bien conscient des violences politiques, morales et physiques qu’il a traversées, souvent contre son grès, alors que nous, Français, nous nous prenons pour des héros, et ce, fort injustement.

A lire pour ceux qui ont commencé la série. Pour ceux qui n’ont pas commencé, il est impératif d’entamer la série par les premiers volumes de la « trilogie Berlinoise » (nuits de lectures assurées).

Béatrice Tornier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s